Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
LYFtv-Politique
Nombre de messages : 166
Age : 53
Date d'inscription : 06/04/2012
http://www.lyon-politique.fr




Michel Havard président d’Ensemble pour Lyon : "Voyez‐vous, mes chers amis, en cette nouvelle année, le temps est venu"

le Sam 2 Fév - 18:36
Voici le texte du discours prononcé par Michel Havard (UMP) lors de la cérémonie des voeux du 31 janvier 2013.
Mes chers amis,
(...) Au nom des élus d'Ensemble pour Lyon et en mon nom personnel, je vous souhaite une très bonne année 2013. Que vous soyez des amis, des militants, des sympathisants ou des responsables associatifs (il y a plus de 100 associations de notre ville représentées ce soir, je les en remercie très chaleureusement).
A toutes et à tous, du fond du coeur, très bonne année 2013 !

Voyez‐vous, mes chers amis, en cette nouvelle année, le temps est venu…

Le temps est venu de redonner la parole aux lyonnais
Le temps est venu de faire confiance aux lyonnais, de vous faire confiance
Le temps est venu d'affirmer une ambition, notre ambition !
Le temps est venu de dire haut et fort qu'il faut que ça change !
Le temps est venu, je le vous le dis avec beaucoup de confiance,
Oui, le temps est venu de tourner la page,

Oui, mes chers amis, le temps est venu de changer de regard
Le temps est venu de changer de méthode,
Fini le temps où tout se décidait en catimini dans un bureau de l'Hôtel de Ville,
Fini le temps des simulacres de concertation,
Fini le temps de la décision solitaire,
Fini le temps du fait du prince,
Fini le temps de l'arrogance et du mépris,

Oui mes chers amis,
Le temps est venu d'agir au milieu des lyonnais, pour et par les lyonnais
Le temps est venu pour de nouvelles méthodes de gouvernance
Le temps est venu pour vous, lyonnais, qui vivez et travaillez dans notre ville, d'être respectés
Le temps est venu pour une nouvelle génération de préparer l’avenir,
Le temps est venu de construire, ensemble, une nouvelle espérance
Le temps est venu, tout simplement, pour l'alternance !
Et cette alternance, nous en sommes tous ici comptables
Individuellement et collectivement
C'est pourquoi j'ai souhaité vous parler non pas du haut de cette estrade, Mais d'ici, au milieu de vous, au milieu du peuple de Lyon.

C'est ma manière de faire de la politique, ma marque de fabrique. Pour et par Lyon !
Oui, mes chers amis, le temps est venu…
Et 2013 en marquera le début.

***
Je regardais il a quelques jours la vidéo des voeux postée par Gérard Collomb sur son blog. Vous l'avez vue ? Non ? C'est bien dommage. Laissez‐moi vous la raconter. D'abord, c'est du beau travail. De bien belles images. Mais pour Gérard Collomb, Lyon se résume à une succession de fêtes et d'événements. Pas une image de solidarité, pas une image de développement économique, pas une image d'enfants, pas une image d'anciens, pas une image d'espaces verts, pas une image du quotidien des lyonnais. On aperçoit juste, rapidement, une ligne de chemin de fer pour évoquer les transports. Sinon aucun sujet qui fâche. Juste une profusion de paillettes, de feux d'artifices, de lumières, de parades, de foot et de musiques.
Au temps de Rome, les empereurs donnaient du pain et des jeux pour calmer la population. Et bien nous sommes en plein dedans ! Sans doute s’agit‐il de faire oublier les difficultés de notre pays en ce moment. Il y a un an, il n’y avait pas une intervention de Gérard Collomb qui n’évoquait l’élection présidentielle. Depuis 6 mois, plus un mot, mais alors plus un mot sur la politique que ses amis socialistes mènent. Sans doute Gérard Colllomb n’a‐t‐il plus le courage d’assumer d’être socialiste !

Mais soyez sûrs, chers amis, que nous saurons le rappeler aux Lyonnais. Et soyez sûrs que les Lyonnais qui ont vu leurs revenus diminuer, qu’ils soient salariés, retraités ou entrepreneurs, sauront se souvenir en mars 2014 que Gérard Collomb est bien socialiste et qu’il a voté le budget qui a conduit à ces diminutions de revenus !
Oui, mes chers amis, le temps est venu de penser la ville autrement. Oh je vous rassure, je n’ai pas l’intention de supprimer les grands événements culturels ni à renoncer aux grands projets.
Mais je me refuse à résumer la ville à une succession d’événements, si réussis soient‐ils ! Oui mes chers amis, le temps est venu qu'une nouvelle ambition se lève, pour vous, pour les lyonnais.

* **
Remarquez, après 12 ans de mandat, vous pouvez légitimement vous poser des questions sur cette ambition… Qu'en est‐il vraiment du rayonnement de Lyon ? Et finalement, quel bilan peut‐on tirer de ces 12 dernières années ? Malheureusement, face aux paillettes et aux fêtes, la liste des échecs est longue. Nous avons perdu la compétition pour être capitale européenne de la culture.

Même conclusion pour le Centre français du commerce extérieur.
Même conclusion pour le Fonds mondial pour les vaccins de la Fondation Bill et Melinda Gates qui a préféré, face à l'indifférence, déménager à Genève.
Et le salon international Lyon Mode City, transféré à Paris,
et le Grand prix de tennis de Lyon désormais à Montpellier,
et le siège de France 3 Région perdu au profit de Marseille,
et le collège européen de Police perdu au profit de Londres,
et le centre de formation d'Interpol finalement localisé à Singapour.

N'en jetez plus !

Autant de dossiers mal ficelés, autant de rendez‐vous manqués, autant de sujets qui affaiblissent notre ville. Finalement la seule victoire de Gérard Collomb, c’est de faire croire au Lyonnais que grâce à lui la ville rayonne ! Et que dire de la perte affligeante de la Cité de la Gastronomie !
Le verdict de la commission a été clair : un dossier brouillon, bâclé, sans vision et sans mobilisation du maire de Lyon pour nous faire gagner ! Souvenons‐nous, nous étions bien peu d'élus aux côtés des Toques Blanches lyonnaises sur le perron de l'Hôtel de ville de Lyon un dimanche matin.
Devant des portes closes.
Le Lyon qui travaille, le Lyon des bouchons, le Lyon aux 64 étoiles voulait se battre pour sa ville. Les chefs présents avaient les yeux qui brillaient. Ils en avaient envie. Ils y croyaient. Et ils étaient seuls, devant des portes closes. Avant une spectaculaire volte‐face du maire . Mais trop tard !

Quand je pense aussi à l'accueil qui a été réservé à un grand groupe français de l'agro‐alimentaire, porteur d'une part de notre patrimoine culinaire. Il avait pour seule ambition de nous aider, d'investir, il y croyait. Là encore portes closes.
Je vous le dis tout net, j'en ai marre que Lyon se fasse éliminer. Et j'en ai assez que l'hôtel de ville ne fasse pas suffisamment confiance aux lyonnais !
Vous savez, comme nombre d'entre vous, j'aime le sport. Et lorsque l'on est un sportif, on sait la valeur du travail d'équipe. On sait l'importance du projet partagé. On sait que seul on n'est rien.

***
Avant, Gérard Collomb avait trouvé le grand coupable. Mais c'était avant… Vous vous souvenez ? Celui par qui tous les malheurs du monde arrivaient. Nicolas Sarkozy pardi. "Ce n’est pas moi, c'est lui", clamait Collomb ! Mais l'argument est tombé. Et force est de constater que les amis de Gérard Collomb, maintenant au sommet de l'Etat, tirent les mêmes conclusions. Et qu'à l'arrivée, Lyon est éliminée ! Comme quoi, le copinage ne suffit pas à masquer le creux des dossiers !

***
Tiens, je vous emmène à La Confluence… Voilà un projet séduisant. Pensez donc, un nouveau quartier qui sort de terre, des entreprises, des habitations, des administrations, un centre commercial, des lieux de culture. La vie quoi ! Et à l'arrivée, on est loin de la ville à vivre ! Un cul de sac, difficilement accessible, des bouchons comme s'il en pleuvait. La Confluence ou comment construire un quartier vitrine et oublier tout simplement qu'il accueillera des habitants, des personnes qui travaillent ou tout simplement qui viendront profiter des commerces.
Pouvez‐vous me citer une entreprise qui, séduite par ce nouveau morceau de ville, a choisi Lyon envers et contre tout ? GL Events ? Un déménagement depuis Brignais. Euronews ? Un déménagement depuis Ecully. GDF‐Suez ? Un déménagement depuis le 3e arrondissement. Idem pour Eiffage, idem pour Cardinal, idem pour le Progrès, idem pour Espace Group… Une ville qui bouge, qui progresse, c'est une ville qui attire, qui séduit, pas une ville qui fait tourner ses entreprises d'un site à l'autre. Mais l'essentiel, c'est que tout le monde croie que ça marche. Un coup de communication et un peu de paillettes, et hop, emballé pesé !
Et franchement, le comble est atteint quand Gérard Collomb s’approprie la réussite économique des entreprises ! Comme s’il était le chef des entreprises ! Et comme si, depuis le Grand Lyon, il était réellement à la manoeuvre pour créer des emplois. Poudre aux yeux !
Poudre aux yeux encore sur les pôles de compétitivité… A lire les communiqués de presse, Gérard Collomb a tout fait. Oubliant que les pôles de compétitivité ont d'abord été créés par des entreprises, avec le soutien de l’Etat, et ce dès 2005 ! Ce fameux Etat critiqué à longueur de temps par Gérard Collomb avant mai dernier !
Poudre aux yeux encore pour la réhabilitation de la Duchère. Sans Jean Louis Borloo et le grand plan d’Etat pour la rénovation urbaine, ces transformations d'un quartier entier n'auraient pas vu le jour.
Mes chers amis, cette pratique politique qui consiste à avancer en solitaire et à faire son nid dans celui des autres, c'est fini ! Cette politique de la poudre aux yeux, c'est dépassé.
Les lyonnais ont besoin de vérité. Car c’est à partir de la vérité que l’on peut progresser. Alors permettez‐moi, mes chers amis, de vous livrer ce soir ma part de vérité. D'esquisser pour vous des premières propositions qui me tiennent à coeur.

Le temps est venu…

***
Vous le savez, notre pays est dans une situation difficile, face à un monde qui bouge, qui se transforme en permanence.Nous ne sommes pas au coeur d'une crise, mais bien d'un monde qui épouse le mouvement permanent. Je partage une analyse avec Gérard Collomb : les villes du monde ont un rôle à jouer, parfois déterminant. Sans aller jusqu'au retour des villes hanséatiques, Lyon peut peser dans le concert du monde. Mais en avons‐nous seulement l’ambition ?

Dans le classement international élaboré chaque année par le cabinet conseil Mercer, Lyon est en 2012 au 39e rang mondial pour la qualité de vie. Nous avons perdu trois places depuis 2011. Mais chut, pas la peine de déranger les lyonnais pour si peu ! Dans le même document, Lyon n'apparaît même pas dans le classement des villes possédant les meilleures infrastructures, qui pourtant sont un élément fort de l'attractivité.
Le temps est venu, mes chers amis, de passer à une vitesse supérieure et d'investir dans notre avenir, celui de nos enfants. Et cet avenir, c'est celui du développement, c'est d'attirer les meilleurs, c'est d'être une véritable agglomération qui compte en Europe. C'est celui des filières d'excellence sur lesquelles il faudrait que l'on commence enfin à travailler sérieusement !

Cette ambition, c'est la mienne. Cette ambition, c'est la vôtre !
Le développement économique d'une agglomération, c'est aujourd'hui une affaire d'équipe. Vous le savez, je ne crois qu'au travail en équipe. Nous disposons de compétences pointues avec l'Aderly, la Chambre de Commerce, la région, le Medef, la CGPME, Class'Export... Je souhaite que ces structures se fédèrent autour d'une personnalité d'envergure, d'un chef d'entreprise qui sera le capitaine de cette équipe chargée de vendre le rayonnement de Lyon. Cette équipe sera renforcée par un think tank qui fédérera le monde économique et le monde culturel. Ce sera un véritable laboratoire d'idées chargé d'imaginer toutes les opportunités de développement de notre agglomération.

Le rôle du maire de Lyon, mon rôle, sera de fédérer ces énergies, de créer les consitions de la réussite de ce travail d'équipe !

***
Mais le développement de Lyon et les grands projets ne doivent pas nous faire oublier la vie quotidienne… La ville à vivre que je vous propose, mes chers amis, ce sera celle des 100 villages qui composent Lyon. Notre projet sera aussi celui de la proximité, de l'attractivité, de l'envie d'habiter et de rester à Lyon. Car sans dynamisme commercial, sans infrastructures de proximité, sans travail de terrain, avec le monde associatif, les comités d'intérêts locaux, les conseils de quartier, pas de ville à vivre. Alors chez vous, dans votre quartier, tout va bien mes chers amis ? Votre quartier se développe ? Il y a un exercice que nous pouvons faire tous ensemble. Nous allons demander aux Lyonnais si en 12 ans, ils trouvent que la vie s’est améliorée ou dégradée dans leur quartier ?
Avec des questions simples :
• Arrivez‐vous facilement à vous garer ?
• Avez‐vous pu mettre vos enfants dans une crèche ?
• Votre enfant peut‐il manger à la cantine, et si oui dans quelles conditions ?
• Trouvez‐vous que votre quartier soit plus propre ?
• Avez‐vous des commerces de proximité ?
*Avez‐vous des transports en commun pratiques ?

Dans la politique conduite aujourd’hui, les grands projets occupent toute la place. Et les quartiers, nos 100 villages, notre vie quotidienne, trop peu ! C’est pourquoi un axe fort de ma campagne sera la ville à vivre. Ou comment redonner aux quartiers, à leurs habitants et aux associations qui les animent, un rôle et des moyens plus importants. Il en va de notre quotidien, de la qualité de vie, de la qualité de ville, n'ayons pas peur des mots !
La ville à vivre, c'est aussi une ville où l'on peut se déplacer. Michel Noir avait promis de faire sauter le bouchon. Eh bien Gérard Collomb l'a remis en place !
Je suis partisan de la mobilité durable. Je souhaite lancer une nouvelle ligne de métro qui relierait la gare Saint Paul à la gare de La Part‐Dieu, puis qui irriguerait les quartiers de Maisonneuve et Montchat avant d'arriver à l'Hôpital Mère‐Enfant, à Bron. Je suis partisan de la construction de véritables pistes cyclables, et pas de ces pistes dangers pour les cyclistes.
Je suis partisan d'une véritable politique innovante qui privilégie le développement durable. Le vote récent du plan climat au Grand Lyon a montré l'insuffisance de la réflexion et la faible place laissée à l'innovation, à la créativité. Une ville à vivre, c'est aussi une ville exemplaire dans la transition énergétique, une ville qui expérimente, une ville qui donne l'exemple de l'efficacité énergétique, une ville qui investit, une ville qui pense à demain avant de se satisfaire d'aujourd'hui.

Une ville à vivre, c'est aussi une ville où l'on peut encore devenir propriétaire, s'installer… Une ville à vivre, c'est aussi une ville qui assure une mixité sociale, car c'est là la richesse d'une vie de quartier. Une ville à vivre, c'est aussi une ville qui sait garder ses jeunes en coeur de ville. C'est pourquoi je propose la création du chèque Premier Logement.
Mon objectif est d’aider les ménages modestes à devenir propriétaire de leur logement. Ce chèque Premier Logement sera un véritable soutien à l'accession à la propriété, en complément des aides nationales. Dès le lendemain de mon élection, j'irais négocier avec les banques des taux préférentiels et la ville, dans une démarche partenariale avec ces banques, s'engagera à leur côtés afin d'alléger, pendant les dix premières années, les mensualités de remboursement du prêt immobilier qui sera contracté pour acheter ce premier logement.
Bien entendu, ce soutien aux primo accédants, bien souvent des jeunes ménages, sera conditionné à un plafond de ressources annuelles. Et comme vous connaissez mon engagement en faveur de l'environnement, ces logements, neufs ou anciens, devront répondre à des critères de performance énergétique et environnementale. Une ville qui bouge, une ville qui donne envie, une ville à vivre, c'est aussi une ville qui sait ouvrir ses bras à la jeunesse !

***
Enfin pour moi, il est aussi temps de changer de mode gouvernance. La méthode de travail qui consiste à empiler les simulacres de concertation et à décider tout seul a vécu.

Oui, mes amis, le temps est venu pour une nouvelle méthode de gestion, basée sur l'humilité et l'écoute, respectueuse de la ville et des lyonnais. L'Homme est au centre de toute action politique et le maire est aussi l'élu du quotidien. C'est justement ce quotidien qui aujourd'hui n'est pas bien traité à Lyon. Et c'est donc la place de l'homme dans la ville qui est ainsi négligée.Là encore, cette méthode qui consiste à avancer sans écouter, à décider sans concerter, à imposer en solitaire montre ses limites.

Game over diraient mes enfants !
Oui mes chers amis, cette campagne électorale qui démarre devra poser la question de la méthode de travail pour pouvoir affronter les enjeux du XXIe siècle.Améliorer la qualité de vie passe par des approches nouvelles sur les déplacements, l’accès aux services locaux de proximité (les crèches, les écoles, les cantines…), à l’éducation en général, mais aussi aux infrastructures sportives et de santé, la nécessaire proximité avec les habitants, la façon dont nous nous occupons des séniors, le développement économique des quartiers, la transition énergétique… Mais nous aurons l’occasion bien sûr de nous revoir pour évoquer tous ces sujets et mes propositions pour Lyon.

***
Mes chers amis, nous avons encore quelques étapes à franchir avant la ligne d'arrivée. L'une d'entre elle doit répondre à une question essentielle : qui doit porter les couleurs de la droite et du centre à Lyon ? Je vous l’ai dit il y a maintenant deux ans, je serai candidat à la mairie de Lyon. C’est une décision que j’ai prise depuis plusieurs années et c’est une responsabilité à laquelle je me suis longuement préparé et à laquelle je suis aujourd’hui prêt. Je l’avais dit à l’Embarcadère en février 2011 : être candidat à Lyon, ce n’est pas le caprice d’un jour, c’est le choix d’une vie ! Et c’est le choix que j’ai fait. Je suis déterminé comme jamais, et vous pouvez compter sur ma volonté de vous conduire à la victoire. Cette victoire, je la sais possible car nous en avons construit le socle ensemble. Il faudra que nous sortions vite de l’ambiguïté. Pour cela, je souhaite, comme je l’ai proposé en juillet dernier, que nous organisions des primaires au sein de la droite et du centre. J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’en rediscuter hier matin, à Paris, avec les leaders de l'UMP, Jean‐François Copé et François Fillon.
Ces primaires sont pour moi la seule voie possible pour nous départager. Je n’en accepterais aucune autre car c’est la seule procédure qui permet, en réel, de voir qui est capable de mobiliser les suffrages des Lyonnais. C’est également la seule voie qui permet de donner la parole aux Lyonnais.
Et je veux que vous ayez voix au chapitre.
Je veux que vous puissiez choisir, sans que l’on vous impose depuis Paris une solution que vous ne souhaiteriez pas.Et voyez‐vous, j’ai confiance car je sais ce que vous souhaitez et surtout ce que vous ne souhaitez plus pour notre ville.

Il y a quelques mois, le 27 septembre, nous étions réunis dans cette salle de la Ficelle pour le lancement de "Lyon 2014, la reconquête". Avec le soutien actif des élus d'Ensemble pour Lyon, que je voudrais à nouveau remercier, qu'avons‐nous fait ces quatre derniers mois ? Nous avons lancé les Ateliers pour Lyon, animés par Jenny Bessoud, Régis Collon et Joelle Léonhardt.
Ces ateliers sont le symbole de notre démarche d'écoute des lyonnais. Le principe est simple : un quartier, une réunion d'écoute active avec les habitants, une visite du quartier avec eux, une immersion dans leur quotidien et leurs problématiques. Depuis quatre mois, nous sommes allés dans les quartiers Roosevelt, Grenette/St Antoine, Gerland/Pavillons, Croix‐Rousse, Saint Antoine/Jacobins, Guillotière/Saint‐Louis, Saint Just, Montchat, Etats‐Unis, Grand Trou, Préfecture, Point du Jour. C'est près de 40 000 documents dans les boîtes aux lettres. Ce sont des centaines de lyonnais rencontrés et quasiment autant de problématiques du quotidien non traitées par les élus de gauche. Et il y a 15 nouveaux quartiers programmés jusqu’à fin mars.
Nous avons également lancé les Carnets de route des arrondissements, la base documentaire de la campagne et du projet. Elodie Humeau et Laurent Vialaron y travaillent d'arrache‐pied avec les équipes d'arrondissement. Ce sera notre outil de campagne au quotidien qui nous permettra d'être encore plus efficaces dans les quartiers.


Nous avons lancé, je vous l'avais promis, les Ateliers formation, organisés par Béatrice Berthoux, Béatrice Brac de La Perrière et Marvin Mompoint et animés par les élus d’ensemble pour Lyon. Depuis quatre mois, 9 sessions ont été organisées et plus de 100 personnes formées. Ces formations sont indispensables car nous avons besoin d'ambassadeurs dans les arrondissements. Et ces ambassadeurs, vous demain, ont besoin de mieux comprendre le fonctionnement de notre ville et bientôt de notre programme… Ce programme, nous le construisons ensemble dans les Ateliers du projet qui planchent chaque semaine grâce à l'animation de Corinne Urraca, Jacques Verzier et des élus d'Ensemble pour Lyon.
Ils travaillent sur 7 grandes thématiques : Quelle métropole voulons‐nous ? Se loger à Lyon demain ? Lyon, le plaisir d'y vivre ? Quelle mobilité à Lyon ? Apprendre et réussir à Lyon ? Lyon, ville sûre ? Lyon, ville humaine et généreuse, comment renforcer les solidarités ? Aujourd'hui, ce sont plus de 250 personnes qui sont mobilisées autour d'une ambition partagée "Lyon 2014, la reconquête". 250 personnes, et vous mes chers amis ? Ce soir, nous sommes 700. Et demain, nous serons la force de l'alternance !

Le temps est venu, pour vous aussi, de rejoindre le mouvement, de rejoindre cette équipe en marche.
Le temps est venu de vous mobiliser pour porter une ambition pour Lyon.
Le temps est venu, mes chers amis, de démontrer aux lyonnais que l'alternance est possible.

Oui mes chers amis, j'ai cette ambition pour notre ville.
Oui mes chers amis, je veux partager avec vous cette ambition.
Oui mes chers amis, je crois en Lyon et je crois en nous !
Oui mes chers amis, j'ai besoin de vous.
J'ai besoin de votre enthousiasme,
J'ai besoin de votre énergie
Lyon a besoin de vous.
Le temps est venu de vous lever.
Oui mes chers amis, le temps est venu de vous lever
De vous lever pour Lyon
De vous lever et d'aller porter dans nos quartiers cette ambition.
Mes chers amis, levons nous,
Ensemble pour Lyon, ensemble pour l'alternance,
Ensemble, soyons en mouvement, soyons LE mouvement,
pour que notre ville, demain, soit une cité rayonnante !
Levez‐vous lyonnais ! Tous Ensemble, pour Lyon !



Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

















Actuellement sur LYFtv :

LYFtv - Le Forum

LYFtv Music and news

(Vos derniers communiqués)

Vous êtes le

ème
visiteur

Nous écrire

Mentions légales