Retrouvez LYFtv.com sur :
logo+rss

Sondage Ifop / L'Etudiant, une enquête sur le vote des jeunes

Voir les articles


Inscrivez votre site dans le Web-Annuaire et partagez vos infos et communiqués dans l'agenda interactif de LYFtv.com - D.R/ Pour toute utilisation des images, contacter redaction(at)LYFtv.com
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
 

 Sondage Ifop / L'Etudiant, une enquête sur le vote des jeunes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LYFtv-Politique



Nombre de messages: 104
Age: 50
Date d'inscription: 06/04/2012

cliquer ici pour publier

**********
Attention ! Nous vous demandons de ne pas abuser du service en postant plusieurs fois le même message (y compris dans des sujets différents). Ce forum NE concerne PAS les activités à caractère commercial. Pour tout lien commercial sur LYFtv, contactez notre partenaire, Teliad, qui vous offrira une gamme de possibilités d’insertions adaptées à votre budget, en France et en Europe -
**********
voir le calendrier
**********

Abonnez vous à la newsletter :

pour être informé(e) des dernières mises à jour

**********
MessageSujet: Sondage Ifop / L'Etudiant, une enquête sur le vote des jeunes   Mer 11 Avr - 16:58

Si le vote des jeunes est un sujet richement exploré en sociologie politique, les enquêtes consacrées aux comportements électoraux des étudiants sont rares, voire inexistantes. Afin de mieux cerner les choix et les attentes de ce segment important de l'électorat (2 034 000 étudiants étaient inscrits dans l'enseignement supérieur en 2011), l'Ifop a réalisé pour l'Etudiant.fr la première enquête auprès des étudiants sur leurs attentes et leurs intentions de vote à l'élection présidentielle.
Réalisée auprès d'un échantillon national représentatif de 800 étudiants, cette enquête bat en brèche certaines idées reçues sur un électorat souvent perçu comme plus politisé, plus radical et plus progressiste que la moyenne. En effet, si cette étude confirme leur ancrage à gauche, elle montre que les étudiants ne forment pas pour autant un électorat monolithique votant massivement contre Nicolas Sarkozy.

Les chiffres clés :
- Les étudiants se distinguent du reste des Français par une participation plus faible - l'abstention y est plus forte (39%) que chez l'ensemble des Français (31%) - et un niveau d'indécision électoral plus élevé que la moyenne : plus d'un étudiant sur deux pouvant encore changer d'avis (51%), contre moins d'un tiers (32%) chez l'ensemble des Français.

- Au 1er tour, on observe chez les étudiants un penchant très marqué pour la gauche (49,5% de leurs voix se portent vers un candidat de gauche, contre 43,5% chez l'ensemble des Français), un rejet de l'extrême droite - captant à peine 11% de leurs suffrages contre 15,5% dans l'ensemble de la population - mais un attrait pour les candidats de la droite (29%) et du centre (11%) tout aussi prononcé que chez l'ensemble des Français.

- Au second tour, François Hollande peine à faire le plein des voix de gauche, réunissant dans cet électorat à peine plus de suffrages (56%) que chez l'ensemble des Français (54%). Il est vrai que si le candidat socialiste est majoritaire dans les filières universitaires - à l'exception notable des disciplines de santé (médecine, pharma,...) -, Nicolas Sarkozy peut se prévaloir du soutien massif des élèves étudiant ou préparant les concours aux grandes écoles.

Les principaux enseignements de l'enquête :
Un électorat où les niveaux d'abstention et d'indécision électorales sont plus élevés que la moyenne

Si une large majorité d'étudiants semblent s'intéresser à la campagne actuelle (71%), leur intérêt pour cet évènement est un peu moins intense que chez le reste des Français : seuls 22% d'entre eux se disent « très intéressés » par la campagne électorale, contre 25% en moyenne chez l'ensemble des Français. Il faut dire qu'à leurs yeux, les candidats en lice sont loin de répondre à leurs aspirations : près des trois quarts des étudiants (73%) expriment leur insatisfaction à l'égard des réponses apportées par les candidats à leurs préoccupations, soit une proportion similaire à celle observée lors du scrutin précédent (76% en 2007).

On observe ainsi chez les étudiants inscrits sur les listes électorales un niveau d'abstention nettement plus élevé (39%) que chez l'ensemble des Français (31%). Dans le détail des résultats, on note que cette abstention est particulièrement forte dans les rangs de ceux étudiant dans de grandes agglomérations (comme l'agglomération parisienne) ou issus de familles au niveau social élevé (travailleurs indépendants, cadres et professions intellectuelles supérieures) souvent plus facilement en mesure de financer des études loin de leur foyer. Les élèves des grandes écoles (écoles d'ingénieurs, écoles de commerce) constituent d'ailleurs, avec les étudiants en BTS (57%), les catégories où la proportion de personnes susceptibles de s'abstenir est la plus élevée.

On recense également beaucoup plus d'électeurs hésitants dans leurs rangs que dans le reste de l'électorat. En effet, plus d'un étudiant sur deux déclare pouvoir encore changer d'avis avant le premier tour (51%), soit une proportion nettement plus forte que celle observée chez l'ensemble des Français (32%). A noter que cette indécision est particulièrement forte dans les rangs de la gent féminine (57%), des étudiants les plus âgés (56% chez ceux âgés de 22 ans et plus) et des filières comptant le plus d'étudiants d'origine populaire (BTS, IUT).

Un électorat qui penche à gauche mais ne soutient pas pour autant massivement François Hollande au second tour

Au premier tour, on observe dans l'électorat étudiant un léger « sur-vote » en faveur de candidats de gauche qui raflent au total près d'un suffrage sur deux (49,5%), contre 43,5% chez l'ensemble des Français. Ce « sur-vote » joue particulièrement en faveur de Jean-Luc Mélenchon (15%) et de François Hollande (30%) qui bénéficient tous deux d'une prime de même ampleur : +2,5 points par rapport aux scores réalisés chez l'ensemble des Français. Cette prime est moins forte pour Eva Joly qui y réalise un score à peine plus élevé (3%, +0,5 point). Quant aux candidats d'extrême gauche (1%), ils ne bénéficient pas d'un « sur-vote » particulier au sein d'un électorat qui constitue pourtant traditionnellement une zone de force de la gauche radicale.

On observe aussi un attrait pour les candidats de la droite (Nicolas Sarkozy, Nicolas Dupont-Aignan) et du centre (François Bayrou) tout aussi prononcé que chez l'ensemble des Français. En effet, François Bayrou réalise le même score que chez l'ensemble des Français (11%), en particulier grâce à de bons résultats chez les élèves des classes préparatoires (17%) et les étudiants en médecine et autres disciplines de santé (33%). Et le potentiel de voix de Nicolas Sarkozy est similaire (28%) à celui observé à l'échelle nationale (29%), notamment grâce au soutien massif des classes préparatoires (41%), des étudiants en médecine (37%) et en écoles d'ingénieurs. Quant à Marine Le Pen, elle n'obtient que 11% d'intentions de vote au sein d'un électorat traditionnellement hermétique aux idées d'extrême droite. En effet, les étudiants se distinguent toujours sur ce plan des autres jeunes de leur génération (beaucoup sensibles aux idées du FN que ceux continuant leur scolarité). Dans le détail, on note qu'elle réalise ses meilleurs scores dans les rangs des étudiants d'origine populaire (15% chez les CSP -), en IUT (17%) et en écoles de gestion et de comptabilité (20%).

Malgré ce penchant par la gauche, François Hollande peine à faire le plein des voix de gauche au second tour :
un étudiant sur quatre (25%) refusant encore de se prononcer entre lui et Nicolas Sarkozy. Chez les étudiants exprimant une intention de vote, le candidat socialiste recueille ainsi à peine plus de suffrages (56%) que chez l'ensemble des Français (54%). Il est vrai que si le candidat socialiste est majoritaire dans les BTS (57%) et les filières universitaires (60%) - notamment chez les étudiants en Lettres et en sciences humaines (79%) -, Nicolas Sarkozy peut se prévaloir du soutien massif des étudiants en médecine (81%), des élèves en classes préparatoires (61%) et des élèves en écoles de commerce (54%) et en écoles d'ingénieurs (75%).

Un électorat aux enjeux spécifiques mais dont le vote reste marqué par l'influence parentale
Première victimes des difficultés d'intégration sur le marché du travail, les étudiants voteront tout particulièrement en fonction des positions des candidats en matière d'emploi et d'éducation. En effet, si leurs deux principales préoccupations sont similaires à celles de leurs aînés - le pouvoir d'achat et le chômage -, les étudiants se distinguent du reste des Français en attachant beaucoup plus d'importance aux questions d'emploi (43%, contre 36% chez l'ensemble des Français), d'éducation (34%, contre 20% chez l'ensemble des Français) et, dans une moindre mesure, aux problème de précarité (31%, contre 26% chez l'ensemble des Français) et d'insécurité (19%, contre 14% chez l'ensemble des Français).

A l'inverse, certaines questions de nature macro-économique - comme la dette publique (19%, contre 24% chez l'ensemble des Français) et les impôts (17%, contre 32% chez l'ensemble des Français) - ou relativement éloignées de leurs préoccupations (comme l'assurance maladie et les retraites) leurs apparaissent comme des enjeux secondaires pour le vote à l'élection présidentielle. Dans le détail des résultats, on note que l'importance donnée à chaque thème varie beaucoup en fonction de leur filière. Ainsi, les élèves d'écoles de commerce ou d'ingénieurs accordent deux à trois fois plus d'importance que la moyenne aux questions de croissance économique. A l'inverse, la question du chômage constitue un enjeu particulièrement important pour étudiants en BTS (61%) et dans des filières universitaires (46%), en premier lieu desquels les étudiants en IUT (52%) et en Lettres et sciences humaines (57%).

Enfin, il est intéressant de relever l'influence de la famille dans les choix électoraux des étudiants : les parents contribuant toujours à structurer l'environnement général dans lequel les jeunes se forgent leurs opinions politiques. En effet, la majorité des étudiants partagent les même choix électoraux que leurs parents : l'influence de la mère étant même légèrement supérieure à celle du père si l'on juge le nombre d'étudiants déclarant voter comme leur mère (62%) et comme leur père (55%). Niveau social, réseau de relations, activités culturelles, choix des programmes télévisés, parcours de scolarité jouent donc un rôle majeur dans la maturation politique des étudiants. A noter que cette filiation politique est particulièrement forte dans les filières les plus à droite telles que la médecine, les classes préparatoires ou les écoles d'ingénieurs.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.lyon-politique.fr
 

Sondage Ifop / L'Etudiant, une enquête sur le vote des jeunes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Agenda de LYFtv :: Communiqués de presse, avec LYFtv-Agenda :: Politique :: Présidentielles-